Urgences

Mise en garde médicale: 

Cette rubrique ne se substitue en rien avec l’avis d’un docteur en médecine. En cas de problèmes vous devez contacter  votre médecin, vous rendre aux urgences de votre hôpital ou contacter le SAMU (15).

 

Cette rubrique est créée dans le but d’informer le grand public sur les conduites à tenir en cas d’urgences, et d’informer le grand public sur certaines pathologies pouvant donner certains symptômes comme des douleurs articulaires nécessitant le recours des urgences médicales et non à un ostéopathe. Le facteur « temps » étant  essentiel dans les pathologies citées ci-dessous et compte tenu du nombre grandissant de patients se tournant en premier lieu vers leur ostéopathe avant leur médecin, il est important d’informer les personnes pour qu’elles ne fassent pas une telle erreur.  Cette rubrique à pour vocation la prévention et non à faire un diagnostic médical. Seul un docteur en médecine est habilité à faire ce dernier.

 

I. La Méningite

a) Qu’est qu’une méningite?

La méningite correspond à l’inflammation des méninges. Les méninges sont les enveloppes du système nerveux, notamment la moelle épinière et le cerveau.

Le plus souvent, la méningite est virale (due à un virus) mais elle peut être également dans de plus rare cas être bactérienne.

b)Quels sont les symptômes d’une méningite?

Il est important de repérer les symptômes d’une méningite bactérienne notamment pour pouvoir appeler les secours très rapidement. L’enjeu est en effet d’en faire le diagnostic le plus vite possible pour mettre en place le traitement.

Les symptômes sont ce que l’on appelle un syndrome méningé avec de la fièvre. Chez l’adulte ou l’enfant capable de s’exprimer, il s’agit de la fameuse triade méningée: maux de tête violents, des nausées et vomissements, une raideur de la nuque et une hypersensibilité à la lumière (photophobie). Dans les formes graves, il peut y avoir des troubles de conscience, une agitation ou au contraire un coma ou une crise d’épilepsie. Ces symptômes avec de la fièvre doivent conduire à un appel au SAMU Centre 15.

c) Comment déceler une éventuelle méningite chez un enfant ou un bébé?

Les cas de méningite peuvent être difficiles à déceler, puisque les bébés ne présentent pas toujours les symptômes classiques de la méningite bactérienne :

  • Avoir une forte fièvre, une raideur du cou et parfois dans tout le corps, ou faire une crise d’épilepsie (ces symptômes sont les plus typiques de la méningite)
  • Pleurer sans arrêt
  • Modification du teint
  • Être plus irritable ou somnolent qu’à l’habitude
  • Manquer d’appétit ou avoir des vomissements

Il faut également rechercher, chez les enfants comme chez les adultes, des signes cutanés et en particulier une éruption cutanée de plusieurs petits boutons violacés, signe d’une méningococcémie.

Devant de la fièvre et des maux de tête, une raideur de la nuque, ne consultez pas votre ostéopathe, il faut  appeler le SAMU 15

 

II. L’accident vasculaire cérébral (AVC)

L’AVC est l’une des principales causes de mortalité en France, et la première cause de handicap acquis de l’adulte. Une prise en charge très précoce peut pourtant éviter les complications et en limiter les séquelles.

Une paralysie, des engourdissements ou une diminution de la force peut apparaître brutalement au niveau de la moitié du visage ou du corps. Dans certains cas, parler et comprendre deviennent difficiles, voire impossible. Des maux de tête violents, accompagnés par des troubles de la vision, sont des signes qui doivent alerter, même s’ils cessent très vite.

Les AVC sont des affections  graves puisque 25% des patients décède. Si un de ces symptomes apparaît brutalement, il ne faut pas hésiter à appeler le 15.

 

III. L’hémorragie méningée

Une hémorragie méningée, appelée aussi hémorragie sous-arachnoïdienne, correspond à l’irruption massive de sang dans les méninges, le plus souvent après une rupture d’anévrisme. C’est un accident grave, parfois mortel.

Les maux de tête (céphalées) en dominent la présentation : elles apparaissent brutalement. On peut le comparer selon Thierry Guedj ( médecin-chef urgentiste au CHU du Kremlin-Bicêtre) à «  un coup de tonnerre dans un ciel bleu« . Ces maux de têtes sont maximales d’emblée, extrêmement intenses. Elles s’associent à des nausées, des vomissements, photophobie (intolérance à la lumière) et phonophobie (intolérance aux sons). Ils s’accompagnent rarement de convulsions. Il existe des formes foudroyantes.

En cas de doute contacter au plus vite le 15.

 

IV.  Le mal de Pott (syndrome tuberculinique )

Le Mal de Pott est une spondylodiscite, c’est-à-dire une infection d’un disque intervertébral ou des corps vertébraux, due au bacille de la tuberculose: le bacille de Koch. Il s’agit d’une urgence médicale. Il représente 50 % des manifestations de la tuberculose ostéo-articulaire.

  • dégradation de l’état général
  • douleur rachidienne au niveau de la charnière dorso-lombaire dans 90 % des cas, très localisée, à type inflammatoire, que l’on réveille à la palpation d’une ou deux épineuses pouvant donner une sciatalgie ou cruralgie.
  • Raideur segmentaire du rachis

Vous avez une sciatalgie ou une cruralgie mais  accompagnée d’une altération de l’état général ( fièvre +++) ne consulter pas un ostéopathe, demander l’avis de votre médecin ou appeler le 15.

 

V. Le malaise cardiaque

Le malaise cardiaque est dû à une diminution d’oxygénation du coeur et il fait généralement son apparition en cas d’obstruction des artères coronaires, artères qui vascularisent le coeur.

I. Symptomes

On parle de malaise cardiaque lorsqu’une personne se plaint d’une douleur thoracique, rétro-sternale (souvent en étau) qui peut parfois irradier dans le bras, le cou ou les mâchoires.  On peut retrouver des cas atypiques donnant lieu juste à une douleur brutale dans le dos.

Ce malaise cardiaque peut s’accompagner de troubles respiratoires, de nausées, de maux de ventre et d’hyper-sudation. Il s’agit d’une urgence qui impose d’appeler le SAMU (15)

II. Conduites à tenir

Comme énoncé ci-dessus, devant de tels symptomes, il faut appeler le 15. Aujourd’hui, beaucoup de lieu public sont équipés de défibrillateur « automatique » qui sont capables de diagnostiquer un arrêt cardiaque et d’agir le cas échéant. En présence ou en l’absence de défibrillateur, selon Thierry Guedj, médecin-chef des urgences au CHU du Kremlin-Bicêtre, il est essentiel de d’alerter les secours. En l’absence de défibrillateur, vous devez:

a) Alerter précocément les secours

Joindre le 15 et  suivre leurs instructions.

b) Faire les manœuvres de réanimation cardio-pulmonaire

Elles associent un massage cardiaque externe et une ventilation artificielle. Le massage cardiaque externe est effectué en apposant le talon des 2 mains l’une sur l’autre sur le centre du thorax de la victime. Les compressions thoraciques assure une dépression sternale de 4 à 5 cm à une fréquence de 100 / minute.

Chez l’enfant, le massage est réalisé avec 2 doigts chez le nourrisson, et le talon d’une seule main chez le petit enfant. La dépression doit être d’environ le tiers de la hauteur du thorax. La fréquence reste de 100 / minute.

La ventilation artificielle doit être réalisée par le bouche à bouche, le bouche à nez, ou à l’aide d’un insufflateur manuel et d’un masque. La durée de l’insufflation doit être de 1 seconde, et le volume suffisant pour soulever le thorax.

L’alternance est de 30 compressions pour 2 insufflations. Les compressions thoraciques doivent être prioritaires et lorsque les sauveteurs ne veulent pas ou ne savent pas réaliser le bouche à bouche, il est recommandé de réaliser uniquement le massage cardiaque externe.